Situé au nord ouest du canton, Haims est un des plus anciens villages du Trimouillais, mentionné dès 954 sous la forme « Agenti ». C’est l’un des plus anciens villages de la région. Située à 10 kilomètres de Montmorillon, une dizaine de la Trimouille, une vingtaine du Blanc (dans l’Indre) et une vingtaine de Chauvigny, la commune de Haims est idéalement située entre les zones d’activités.


Photo: Wikipédia

Population

Nous avons la chance d’avoir une population d’un âge relativement jeune. Du fait de sa vocation agricole, beaucoup de jeunes Haimsois se sont établis ici en fondant une famille. Nous avons aussi un vivier de jeunes retraités dont les compétences ne demandent qu’à être mis en avant. Au 1er janvier 2020, la population de Haims compte 229 habitants (chiffre INSEE) pour une superficie totale de 32,25 km².

Les atouts de la commune

La commune possède encore son école maternelle et CP, plusieurs associations dynamiques, une salle des fêtes et toute l’hospitalité pour vous accueillir prochainement, une maison des associations qui propose des ateliers, du sport/détente NIA, et une bibliothèque.

Haims a la chance d’accueillir également un monastère Boudhiste, Chökhor Ling , sous la sagesse de la vénérable Davina Gelek Drölkar, formidable ouverture spirituelle et culturelle parfaitement intégrée dans notre monde rural.

 


Le conseil municipal


Chemins de randonnées

Vous apprécierez les chemins de randonnées « Le carnaval des chats » souvent ombragés comme sur les bords du Salleron, au gué de Thenet dont l’originalité est d’avoir une passerelle construite avec d’anciennes pierres tombales, appelée le « pont des tombes ». Sans oublier un arrêt devant le tilleul planté sous Henri IV (XVIe-XVIIe siècle) toujours feuillu et vigoureux malgré son tronc creux original.
Téléchargez la carte du circuit ici : PDF – 1,6 Mo.


Le gué de Thenet


 


A Thenet, lieu-dit situé à 4 kilomètres à l’est de la commune, se trouve « l’arbre d’Henry IV », un tilleul à grandes feuilles, présumement planté sous le règne du roi.

A la fin du XVIe siècle, le ministre Sully alors Gouverneur du Poitou, entre autre, décide de la plantation des tilleuls devant toutes les églises de France.

Le petit hameau de Thenet, qui possédait une église, détruite à la Révolution, a été longtemps une commune avant d’être rattaché à Haims, après 1789.

Une croix a été nouvellement installée sur une pierre marquant l’emplacement de l’église disparue.

« L’arbre d’Henry IV » se situe sur la place herbée du hameau, point de jonction des villages alentours (Béthines, Journet). Aujoud’hui, sa circonférence atteint 5,30 m, l’une des premières circonférences départementales de l’espèce, d’une hauteur et d’une envergure actuelle de plus de 10 mètres, elles atteignaient plus de 20 mètres avant un élagage sévère en 1989, destiné à le restructurer. Son tronc a la particularité d’être bien creux, troué de toutes parts, il possède un bel empattement marqué où une pierre de taille est incrustée. Sa floraison est encore généreuse et odorante, il est possible d’en faire une infusion réputée sudorifique et calmante.

Anecdote d’un ancien, René se souvient que, lorsqu’il était enfant, il se cachait avec d’autres gamins à l’intérieur du tilleul pour échapper à des parents ou voisins courroucés de quelques bêtises commises sur ce lieu remarquable.

« Je me souviens également des assemblées organisées autour de ce vénérable vieillard qui rassemblaient des centaines de personnes pour participer notamment à la course aux ânes et au petit bal musette. »

Pour couronner ce décor idyllique, le château de Thenet veille encore sur cette place et ce tilleul, garant d’une histoire riche et précieuse !

 

Back to top